La vie est là. Un film de Isabelle Rey

62 min - DCP - AppleProRess - VO français - 2017

Produit par Serge Kestemont
Une production Luna Blue Film (Bruxelles) et la RTBF

Avec l'aide du Centre du Cinéma de la Fédération Wallonie-Bruxelles, RTBF (Télévision Belge), avec le soutien du tax shelter du gouvernement fédéral belge

Image & Son :
Isabelle Rey
Montage:
Sandrine Deegen
Montage son :
Isabelle Soumeryn-Schmitt
Mixage:
Jean-Jacques Quinet

›› DVD disponible à la vente au prix de 15,00 €

›› Page Facebook

›› Ce que dit la presse : Télémoustique

›› diffusion : La Trois - 3 août 2017 - 15.000 spectateurs

 

Un film qui parle d’engagement poétique. Cela se passe en hôpital pour enfants et en home pour personnes âgées. Des patients et des artistes au travail. Un partage d’émotions et de recherches du plaisir pour échapper à la peur et aux souffrances quotidiennes.
Isabelle Rey a rencontré les artistes du Ponts des Arts, asbl bruxelloise, qui propose aux patients de plusieurs services pédiatriques d’hôpitaux de Bruxelles (CHU Saint-Pierre, Hôpital des Enfants Reine Fabiola, Cliniques Saint-Luc, CHU Erasme, Cliniques Saint-Jean ...), et aux maisons de repos ("Villa Indigo" et "les Tilleuls"), des moments de partages poétiques avec des artistes. Ils sont plasticien, comédien, conteur, danseur, chanteur et quand ils sortent de leur pratique personnelle, ils prennent le temps de cette entrevue.
Dans le film, on rencontre particulièrement Régine, chanteuse et musicienne. Elle fait chanter les personnes âgées bien souvent esseulées dans les homes. Retrouver de la légèreté et s’échapper de la tristesse, voici les deux intentions fondamentales de Régine. Elle est chanteuse professionnelle, et cherche à faire évoluer sans cesse sa pratique, seule ou avec d’autres musiciens.
On y découvre aussi Véro, artiste plasticienne, graveuse, peintre et dessinatrice.
Elle évolue dans son atelier, cherche, peint, grave, enduit et presse, tous les jours. Régulièrement on peut la croiser en galerie où elle expose son travail tout en délicatesse.
Et Véro donne envie aux enfants hospitalisés de passer des moments avec elle à essayer des techniques comme le pastel, l’écoline ou le crayon. Mais surtout elle sollicite les enfants à créer, à essayer de laisser aller leur imaginaire vers des cieux plus cléments. Elle explique aux enfants comment passer du côté créatif.
Les plans se succèdent de façon à laisser une place énorme aux émotions, on rit, on pleure, on sourit, on s’interroge sur la solitude et la souffrance. La temporalité du film reflète le travail des artistes, constamment interpelés par les réponses des patients en demande d’évasion.
À voir sans conditions !
Après une première diffusion sur la Trois (RTBF) cet été, la première aura lieu au primptemps, nous vous en tiendrons informé dès que possible.